WIKILEAKS DEVOILE LES DESSOUS DES RESPONSABLES ARABE

Les chefs de la diplomatie arabes sont furieux depuis quelques jours contre la teneur exceptionnellement dangereuse d’un câble diplomatique américain -divulgué par Wikileaks le site de Julian Assange,    cofondateur et porte-parole du  mystérieux site wikileaks .
C'est extrêmement embarrassant les révélations WikiLeaks pour les régimes arabes alliés de Washington, qui risquent de perdre le peu de crédibilité qu'il leur reste auprès d'opinions publiques désabusées, Ces fuites vont donner encore plus de poids aux arguments des opposants et extrémistes, qui peuvent dire maintenant : on vous l'avait bien dit, nos leaders tiennent un double discours.» Celui-ci est mis à nu par WikiLeaks, en particulier sur la menace nucléaire iranienne. Lire la suite..
Ils ont toujours été contre la volonté de leur peuple dans les deux cas, tout simplement parce qu'ils ne sont pas élus et non-démocrates, et ils comptent beaucoup sur les États-Unis pour  rester sur les chaises de gouvernance et aussi longtemps que possible. Sans aucune honte,les dirigeants  arabes  conspirent contre leur propre pays .
 En fait, leur posture est tout autre. Dans leurs discussions avec des responsables américains, les dirigeants arabes du Golfe appellent Washington à frapper les installations nucléaires iraniennes, vues comme une menace existentielle pour leurs pays.
Ces dirigeants arabes,qui ont réclamé et encouragé et se précipitent l'offensive américaine, et peut-être d'Israël sur l'Iran, sont les mêmes personnes qui faisaient la même chose en ce qui concerne l'Irak.
 les leaders musulmans qui détestait les dirigeants arabes sont les plus populaires dans les milieux arabes. Prenez Mr Tayyip Erdogan, Premier ministre turc et le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, à titre d'exemples à cet égard, tandis que sur des centaines de milliers pour la réception de M. Erdogan, en arrivant à Beyrouth, nous trouvons des dirigeants arabes en visite infiltrés au Liban milieu d'une forêt de secret et de bonne garde.
Les sondages d'opinion réalisés dans la région Arabe (Selon le nombre de journal britannique The Guardian, mardi) a confirmé que le 88 'des répondants Arabes considèrent Israël comme la principale menace pour la sécurité de leur pays, suivie par 77 américains alors que l'Iran occupe une position basse de pas plus de 10'.
 Ces fuites ont réjoui Israël. Selon Giora Eiland, ancien conseiller des anciens premiers ministres Ariel Sharon et Ehoud Olmert, elles «montrent que des pays tels que l’Arabie saoudite s’intéressent bien plus à l’Iran qu’au conflit israélo-palestinien».