LA GENERALISATION DE LA CORRUPTION EST LE SUJET FAVORI DES ALGERIENS

L'élite algérienne compétente et intègre est marginalisée au profit d'obscurs affairistes voraces et impitoyables, qui ne lâchent pas prise. En plus de l’absence d’une véritable élite politique et intellectuelle capable d’éclairer la lanterne des populations sur les enjeux du moment, le pouvoir monopolise l’information et la communication.
La compétence et le mérite ont été chassés au profit de l’allégeance, de la médiocrité et de la corruption.
La seule réussite du régime algérien ces dernières années est la généralisation de la corruption jusqu’à ce qu’elle devienne institutionnalisée.
Toutes les institutions du pays sont affaiblies par  les multiples scandales de corruption qui ne cessent de prendre de l’ampleur, ce dysfonctionnement a mis le pays dans une phase dangereuse
Toutes les tentatives de moralisation de la vie publique seront vouées à l'échec tant qu'une lessive en profondeur n'aurait pas été opérée pour assainir en décrottant, car le mal est profond. L'Algérie a besoin d'hommes neufs, intransigeants et incorruptibles dont la seule devise est : " l'Algérie avant tout ". Ces hommes existent.
Notre pays est riche; ses richesses, employées à bon escient par des responsables honnêtes, en toute transparence et avec équité, sont susceptibles de déclencher un véritable électrochoc social salvateur, qui pourrait alors remettre la société algérienne sur les rails du progrès et du développement.
 C'est à dire, restaurer chez l'algérien l'amour du travail bien fait , du civisme et de l'esprit de sacrifice. Car l'algérien est génial, mais il a le défaut (ou la qualité) d'être frondeur et têtu. Il est fatigué et déçu, mais il est patient et ne désespère pas d'accueillir un jour les hommes providentiels, des hommes qu'il faut à la place qu'il faut. Espérons que leur arrivée se fera sans trop de dégâts.