PROTESTATION DES HABITANTS DE BAB EL GHARBI A MILIANA

La période estivale n’a en rien altéré la détermination des citoyens en quête de solutions à leurs problèmes d’environnement. C’est le cas des habitants des cités implantées à Bab El Gharbi, un quartier résidentiel de Miliana. Ces derniers n’ont pas cessé de réclamer la délocalisation du marché informel de fruits et légumes depuis des années, sans succès.
De nombreuses correspondances ont été adressées à toutes les instances compétentes, lesquelles sont restées sans effet à ce jour  nous dit-on. 
Du coup, les riverains, qui déplorent le manque d’hygiène, les nuisances sonores et l’anarchie sous toutes ses formes, sont montés au créneau et organisent des sit-in cycliques devant le siège de l’APC.
 Aucune solution n’est en vue, seulement des promesses du maire de cette ville, affirment les concernés.
L’un d’eux exhibe ses bras couverts de piqûres de moustiques, qui prolifèrent à cause des ordures abandonnées après le souk. «On garde nos fenêtres closes pour éviter les désagréments liés à la présence de ces commerçants», renchérit un autre.
Récemment, des tentatives de conciliation avec les vendeurs ont échoué ne laissant augurer aucune possibilité de dialogue. Le maire, rencontré dans son bureau, rappelle qu’il s’agit là d’un problème national, expliquant que la conjoncture  actuelle ne permet pas de prendre des mesures à l’encontre de ces marchands. Le même responsable évoque l’absence d’investissements dans cette ville où le taux de chômage, a-t-il déclaré, est élevé. Il invite par ailleurs ses administrés à faire preuve de patience. 
Lire aussi:  Miliana:Un marché qui pose problème  
Le ras-le-bol des habitantsde Bab-El-Gharbi à Miliana